Skip to Content

« L’Union européenne demeure l’un des principaux bailleurs de fonds du Sénégal… », selon Amadou Bâ

« L’Union européenne demeure l’un des principaux bailleurs de fonds du Sénégal… », selon Amadou Bâ

Be First!
by décembre 7, 2018 A la une, Economie

NETTALI.SN – Le ministre de l’Économie, des Finances et du Plan a présidé, ce mercredi, la cérémonie de signature du Document de Stratégie Conjointe Européenne pour le Sénégal 2018-2023. « Cette signature s’inscrit dans le cadre du partenariat diversifié qui couvre plusieurs domaines de l’action extérieure de l’Union européenne et de ses Etats membres. L’Union européenne demeure l’un des principaux bailleurs de fonds du Sénégal et son appui concerne des secteurs essentiels du développement économique et social du pays. Ses interventions touchent divers secteurs notamment l’agriculture, l’eau et l’assainissement, la sécurité intérieure, l’environnement, les infrastructures routières, la gouvernance, la société civile etc., détaille Amadou Bâ.

Avant d’ajouter : « C’est dire que l’Union européenne et ses Etats membres entretiennent avec le Sénégal des relations solides et de longue date. En effet, le Sénégal constitue un pôle de stabilité et un modèle démocratique dans une région touchée par des crises multiformes de nature politique, économique, sécuritaire et humaine. Nombreux sont les observateurs qui remarquent que la menace terroriste gagne du terrain au Sahel, notamment dans les pays voisins du Sénégal ». Mais, souligne le ministre des Finances, « le Sahel est confronté actuellement à beaucoup de fléaux dont la pauvreté, les effets du changement climatique, l’insécurité alimentaire, la fragilité de la gouvernance démocratique et la criminalité organisée ». Et « ces risques et facteurs d’instabilité dans le voisinage proche impactent la sécurité nationale du Sénégal même si, et il est important de le signaler, ces facteurs d’instabilité sont plus ressentis au niveau international et dans les pays voisins de la sous-région africaine. Toutefois, il est nécessaire de prendre en compte ces menaces de type nouveau et de lutter efficacement contre elles ». Poursuivant son propos, M. Bâ de dire : « Le gouvernement du Sénégal a très tôt inscrit la lutte contre ces nouveaux défis dans ses priorités, notamment dans son Document de Stratégie horizon 2035 intitulé Plan Sénégal Emergent. Pour rappel, le Plan Sénégal émergent (PSE) est depuis février 2014 le cadre de référence des politiques du gouvernement sénégalais. Il vise à conduire le Sénégal sur la voie de l’émergence à l’horizon 2035 ».

« Ainsi, les objectifs du PSE sont déclinés autour des trois axes principaux ci-après : Axe 1 : transformation structurelle de l’économie et croissance ; Axe 2 : capital humain, protection sociale et développement durable ; Axe 3 : gouvernance, institutions, paix et sécurité ». « La première phase du PSE qui vient de s’achever a permis d’enregistrer des résultats très satisfaisants qui seront consolidés dans la deuxième phase qui va s’exécuter sur la période 2019-2022 et dont les documents de programmation seront présentés lors du Groupe Consultatif prévu à Paris les 17 et 18 décembre 2018. Par conséquent, je vous réaffirme l’invitation solennelle du Gouvernement du Sénégal à participer activement à cette rencontre, argumente Amadou Bâ.

Non sans souligner : « La coopération de l’Union européenne au Sénégal est portée par les stratégies ou réformes sectorielles en appui à différents secteurs d’intervention que les programmes et projets financés par le Fonds européen de développement ont l’ambition de soutenir ».

« Les secteurs concernés par la première phase (2014-2017) du 11e FED sont : la gouvernance démocratique, le développement agricole durable et la sécurité alimentaire, eau et assainissement. Déjà en 2013, les partenaires européens présents au Sénégal se sont engagés sur la voie de la programmation conjointe et ont procédé en 2014 à la signature du Document Conjoint de Programmation entre le Sénégal d’une part et l’UE, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays Bas et la Banque Européenne d’Investissement (BEI). Ce document décline les secteurs d’intervention des partenaires européens et les montants indicatifs du soutien européen par secteur et par partenaire pour la période 2014-2017 », dit-il.

Avant de rappeler : « Dans la seconde phase (2018-2023) du 11e FED, l’UE et ses États membres ont choisi de favoriser une plus grande coordination et complémentarité dans la préparation et la mise en œuvre des interventions afin de renforcer l’impact global et la visibilité de la coopération européenne. Les objectifs stratégiques de ce nouveau document de stratégie conjointe européenne pour le Sénégal pour la période 2018-2023 sont en phase avec le nouveau consensus européen pour le développement « notre monde, notre dignité, notre avenir », et alignés sur les trois axes du PSE rappelés précédemment : un développement durable générateur d’emplois intégrant les enjeux du changement climatique, qui correspond au premier axe du PSE (la transformation structurelle de l’économie et croissance) ; une population en bonne santé et éduquée qui bénéficie d’une protection sociale adéquate, aligné au deuxième axe du PSE (capital humain, protection sociale et développement durable et une gouvernance, une sécurité et une gestion des migrations renforcées, qui correspond au troisième axe du PSE (gouvernance, institutions, paix et sécurité) ».

« Ces 3 objectifs stratégiques du PSE sont déclinés en 9 thèmes dans la deuxième phase du document de programmation conjointe. Pour une mise en œuvre efficace de cette stratégie européenne, différents groupes de coordination opérationnels et sectoriels sont créés et permettent des échanges d’information et de s’accorder sur des messages communs aux autorités sénégalaises et facilitent la coordination de l’aide au Sénégal », conclut Amadou Bâ.

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*