Skip to Content

« Sénilité ou vraie nature d’un pyromane »

« Sénilité ou vraie nature d’un pyromane »

Be First!
by février 9, 2019 Opinion

NETTALI.SN – Les témoins de l’histoire politique des quarante dernières années du Sénégal indépendant ne sont nullement surpris par l’attitude et les propos du Président Wade, depuis qu’il a quitté le pouvoir, habitué des déclarations incendiaires, des délires et menaces verbales violentes. Ils diront simplement : ‘’c’est pathétique’’.

Souvenez-vous qu’en 1992, lors du meeting organisé par l’opposition d’alors, sur le boulevard du centenaire, il avait lancé, en direction de ses partisans : Vous voulez marchez ? Alors marchez ! La suite, nous la connaissons ; six policiers perdirent la vie, dans des conditions effroyables et, un peu plus tard, en 1993, survint l’assassinat de Maître Babacar SEYE, vice-président du Conseil Constitutionnel, à la veille de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle.

L’appel lancé par le Président Wade le jeudi 08 Février après une longue période d’absence du territoire national qui renvoie à cette même dynamique, relève à la vérité, d’un manque notoire de considération et de respect vis-à-vis de ses concitoyens qui lui ont tout donné pendant 12 ans et continuent de le considérer, pour certains, à tort comme un modèle et , à raison pour tous, comme un des pionniers de l’évolution démocratique de notre pays.

En lançant le mot d’ordre de boycott du scrutin, de mise à feu des cartes d’électeurs et des bulletins de vote, pour empêcher la tenue de l’élection présidentielle prévue le 24 Février prochain, il aurait fallu que lui-même, Viviane, Sindiély, Oumar Sarr, Maître Sall, Mayoro FAYE, Lamine BÂ, pour ne citer que les plus « tordus », passent publiquement, en premier à l’acte. Mais non, la grosse bêtise est attendue des autres, ceux-là qui étaient présents, captivées par son discours va-t’en guerre et prêts à franchir le Rubicon, à commettre un grave acte d’incivisme, de manière irréfléchie, rien que pour montrer qu’ils n’ont peur de rien, pas même trahir l’idéal Républicain, pour des raisons partisanes, pour le bon plaisir d’un éternel absent dont le vieux patère porte, contre vents et marées, les ambitions démesurées.

L’obsession, connue de tous, du Président Wade pour le pouvoir, aggravée par le poids de l’âge, l’a rendu complètement aveugle, au point qu’il se croit en droit d’imposer sa volonté de faire de son fils, le seul à même de lui succéder, tant à la tête de son Parti (cela peut bien se comprendre, c’est son bien), qu’à la tête du pays, comme si les sénégalais que nous sommes, ne valons rien.

Quel manque du sens de l’autocensure sociale ! Quel mépris vis de ces générations d’hommes et de femmes de valeur qui ont l’ambition et les moyens de prendre en charge le destin du pays en main, le leur.

Poursuivi par le syndrome d’un rêve monarchique brisé en 2012, le Président WADE continue, depuis sept ans, de croire naïvement qu’après lui, c’est le déluge et d’en vouloir à mort au Président Macky SALL, dont le seul tort aura été de bénéficier de la confiance de la majorité du peuple, pour diriger ce pays et lui imprimer la marque de son réalisme et de son savoir-faire.

Il ne s’imagine pas que depuis sept ans qu’il a quitté le pouvoir, le pays est entre de bonnes mains, que depuis sept ans, notre pays ne s’en porte que beaucoup mieux, après les multiples abus, de toutes sortes, commis par son régime.

Il vient encore de démontrer que le bien-être des Sénégalais est le cadet de ses soucis, mais plutôt ses intérêts particuliers de famille, j’allais dire, l’avenir politique de son fils, condamné pour enrichissement illicite et en exil doré à Dubaï.

Par ses propos irresponsables, il exprime à nouveau, la haine viscérale qu’il nourrit contre son successeur à la tête du Pays qu’il avait publiquement qualifié ‘’d’anthropophage, de descendant d’esclave’’, devant un auditoire surpris, médusé et scandalisé. C’est cela l’ignominie et pas autre chose.

Il s’agit, pour le Président Wade, de se rendre à l’évidence ; ce qui est possible au PDS, son propre patrimoine, ne peut pas l’être, pour notre pays qui nous appartient tous.

Mais qui donc, pour raisonner un tel homme qui n’en a cure de l’autocensure sociale et de surcroit, n’a pas le sens de la mesure ? Quelqu’un à qui il prêterait une oreille attentive ?

A mon humble avis, je ne le vois ni dans le champ politique, ni dans les organisations de la société civile dont certains leaders font parfois preuve de complaisance, de flagornerie, pour des raisons personnelles inavouées ou conspirent par le silence.

En outre, son âge et son caractère humain intrinsèque ne le prédisposent pas à comprendre qu’il ne saurait constituer une alternative, qu’il vit une époque révolue, qu’il a fait son temps et ne peut être utile que s’il assume, sans complexe, son statut d’ancien Chef de l’Etat du Sénégal, prenant exemple sur ses illustres prédécesseurs, à cette haute fonction, ici et ailleurs.

Les seuls et ultimes recours demeurent, en dehors de sa conscience et de sa foi en Dieu, les régulateurs sociaux que sont les principaux chefs des confréries religieuses, bien qu’il soit beaucoup plus âgé que la plupart d’entre eux, donc peu enclin à se plier à leurs conseils avisés.

En attendant, osons espérer que le vieux Président de la rue publique, confondant popularité, notoriété, représentativité et confiance populaire, n’aura brassé que du vent, par ses propos dérisoires, mais dangereux.

Cheikh S. Seye

Secrétaire Permanent

Du Parti Socialiste

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*