Skip to Content

Alioune Fall, conseiller politique du Chef de l’Etat : « Pourquoi le parrainage… »

Alioune Fall, conseiller politique du Chef de l’Etat : « Pourquoi le parrainage… »

Be First!
by avril 17, 2018 A la une, Politique

NETTALI.SN – Conseiller politique du Chef de l’Etat, le vice-Président de la fondation « Servir le Sénégal », Alioune Fall se mêle du débat sur le système de parrainage pour tout candidat aux prochaines élections que veut introduire le pouvoir et rejeté par l’opposition.

Dans une interview accordée au quotidien L’Observateur de ce jour, Alioune Fall pense que l’on est en train d’user d’un faux prétexte pour entretenir une situation de tension politique. Il se dit surpris d’entendre dire que le parrainage introduirait un recul démocratique dans ce pays.

« Le filtrage des candidatures aux élections est une nécessité démocratique reconnue à l’échelle universelle. Quand on parle de transparence et de fiabilité d’un scrutin, cela implique aussi un encadrement du processus, tel que l’électeur est mis dans des conditions d’un choix libre, conscient et lucide », martèle Alioune Fall.

Pour étayer ses propos, le conseiller politique du Chef de l’Etat se réfère aux dernières élections législatives où des électeurs ont voté pour une liste différente de celle qui bénéficiait de leur intention, du fait de la confusion proférée par la pléthore de listes.

Selon lui, « en matière de filtrage des candidatures, les mécanismes les plus connus sont l’exigence d’une caution financière et le parrainage ». Or, pense Alioune Fall, c’est le constat d’inefficacité du mécanisme de cautionnement qui a dicté le recours à la généralisation du parrainage.

« Jusqu’à maintenant, l’accent a été mis sur la caution. On a cru qu’en fixant celle-ci à un montant élevé, on découragerait les candidatures pas très sérieuses. Cela, c’était le fait d’une partie significative de l’opposition actuelle qui se braque contre le parrainage, et qui était aux affaires à l’époque. »

C’est ainsi que d’un montant de 6 millions de FCFA en 2000, la caution est passée à 25 millions en 2007 et à 65 millions en 2012. « Je me rappelle les réactions d’indignation et de dénonciation, lorsque la mesure de porter la caution pour l’élection présidentielle de 2012 à 65 millions est tombée. C’est exactement les mêmes mots et expressions utilisées aujourd’hui pour s’opposer au parrainage. Ceux qui défendaient alors cette augmentation hors-normes de la caution, articulaient leur argumentation autour de la nécessité de décourager les candidatures farfelues, dans un souci de rationalisation », fait observer le vice-Président de la fondation « Servir le Sénégal ».

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*