Skip to Content

Commercialisation de l’arachide : Un débout sous de bons auspices

Commercialisation de l’arachide : Un débout sous de bons auspices

Be First!
by décembre 7, 2018 Economie

Les huiliers de Kaolack assurent que toutes les dispositions sont prises pour la réussite de la campagne de commercialisation ouverte lundi dernier, alors que les producteurs et transporteurs plaident pour une disponibilité des fonds de commercialisation de l’arachide, condition sine qua non, selon eux, d’une bonne campagne.

Riche d’une expérience de vingt-cinq ans dans la filière et agent de la Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (SONACSO), El Hadj Momar Dièye souligne que ‘’le gouvernement a pris toutes les dispositions nécessaires à une bonne campagne de commercialisation’’ en subventionnant notamment les cinq entreprises évoluant dans le secteur.

Estimant qu’il y a une production record de 1.432.000 tonnes d’arachide cette année, il rappelle que l’Etat a pris l’initiative de subventionner 300.000 tonnes. Cette quantité est répartie comme suit : 180.000 tonnes pour la Sonacos, 100.000 tonnes pour la Compagnie d’exploitation des oléagineux (COPEOL), 35.000 tonnes pour le Complexe agro-industriel de Touba (CIAT), 70.000 tonnes pour West African Oil (WAO) de Kahone et 15.000 tonnes pour FKS.

‘’Ces huiliers, avec l’accord du Comité national interprofessionnel de l’arachide (CNIA), ont [réparti] les points de collecte, suite à des demandes faites par les opérateurs privés stockeurs’’, ajoute M. Dièye.

‘’Mille points de collecte ont été recensés à ce jour’’, précise-t-il, ajoutant que ‘’24 heures après le démarrage de la campagne, les camions ont commencé à arriver à certains points de collecte’’.

Du côté des transporteurs également, l’espoir est de mise. Ibrahima Dieng, le chargé de la communication de la Fédération nationale des organismes privés stokeurs et transporteurs du Sénégal dit être ‘’optimiste’’.

‘’Nous nous attendons à une très bonne campagne de commercialisation. Le travail a démarré sans retard, les opérateurs sont prêts à faire une bonne campagne de commercialisation’’, se réjouit M. Dieng.

‘’Des instructions ont été données à tous les opérateurs d’acheter dans les points de collecte. Des dispositions claires et formelles ont été prises pour que les opérateurs n’achètent pas dans les marches hebdomadaires’’, précise-t-il.

A la COPEOL, le responsable de la collecte, Abdoul Aziz Lo, affirme qu’un contrat a été signé avec l’Association sénégalaise pour la promotion du développement par la base (ASPRODEB), ce qui a permis d’aménager 80.000 hectares pour des points de collecte déjà ‘’opérationnels’’.

‘’Nous sommes en train de réceptionner les graines pour récupérer le crédit qui était alloué aux producteurs et ensuite acheter une partie de leur production, conformément au contrat qui a été signé’’, dit-il.

El Hadj Momar Dièye salue l’effort fait par l’Etat de ‘’proposer un prix au producteur fixé à 210 francs CFA le kilogramme, alors que le cours mondial est à 145 francs CFA’’. Il estime que ‘’si tous les trois maillons de la chaîne, les huiliers, les producteurs et les opérateurs font correctement leur travail, la campagne de commercialisation va se dérouler sans couac’’.

Du côté de la COPEOL, Abdoul Aziz Lo est également optimiste. ‘’Nous n’avons pas de problème, concernant la disponibilité des fonds. Quand on a un objectif de collecte de 100.000 tonnes, c’est sûr qu’on a déjà les fonds disponibles pour cela. Donc, sachez que les fonds sont disponibles pour la campagne de commercialisation en cours.’’

Mais les producteurs, eux, ne ressentent pas encore le démarrage de la campagne de commercialisation des récoltes d’arachide, relève Ibragima Badiane, le président de l’Association des agriculteurs du bassin arachidier.

‘’La majeure partie des opérateurs choisis pour collecter les graines n’ont pas d’argent et viennent les mains vides. Ce qui fait que les producteurs continuent à vendre les graines dans les marchés parallèles et à un prix vraiment dérisoire’’, déplore M. Badiane.

Il souhaite que l’Etat, qui a déployé d’importants moyens financiers pour subventionner des semences de qualité et du matériel agricole, aide les producteurs à vendre leurs graines d’arachide au prix qu’il a fixé, pour la réussite de la campagne de commercialisation.

APS

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*