Skip to Content

Coupe du monde : France-Belgique en demi-finales, les Bleus vont affronter Thierry Henry

Coupe du monde : France-Belgique en demi-finales, les Bleus vont affronter Thierry Henry

Be First!
by juillet 6, 2018 Sport

Depuis deux ans, en tant qu’entraîneur adjoint de Roberto Martinez, Thierry Henry apporte son expérience à la sélection belge, qui a éliminé ce vendredi le Brésil (2-1) en quarts de finale de la Coupe du monde et donc gagné le droit d’affronter l’équipe de France pour une place en finale.

Douze ans après, Thierry Henry retrouve le dernier carré de la Coupe du monde. Non pas sous le drapeau bleu-blanc-rouge, mais en tant qu’adjoint de la sélection belge, qui a composté son billet pour les demi-finales du Mondial russe en éliminant ce vendredi soir le Brésil de Neymar (2-1). Pour Henry, le prochain match aura forcément une saveur particulière puisque les Diables rouges feront justement face à l’équipe de France, qui a validé sa qualification un peu plus tôt dans la journée en dominant avec autorité une équipe d’Uruguay privée d’Edinson Cavani (2-0).

Retraité des terrains depuis 2014, après avoir pris sa retraite internationale en 2010 après le fiasco de la Coupe du monde en Afrique du Sud, Henry n’a plus beaucoup de liens avec les Bleus actuels. Il a débuté aux côtés de Didier Deschamps, a également connu Hugo Lloris et Steve Mandanda en sélection, et suit les Français qui évoluent en Premier League puisqu’il officie comme consultant sur la chaîne britannique Sky Sports. Mais retrouver l’équipe de France, dont il est toujours le meilleur buteur avec 51 réalisations, sera forcément particulier pour le natif des Ulis.

« C’est un rêve de l’avoir avec nous »

Il faudra surveiller ses émotions depuis le banc de touche (et s’il chante la Marseillaise ?), où on l’a vu sortir de son habituelle réserve le 2 juillet dernier après la qualification décrochée in extremis par la Belgique face au Japon (3-2). On l’avait aussi vu exulter quelques jours plus tôt, le 28 juin, après le magnifique but inscrit par Adnan Januzaj lors de la troisième et dernière journée de la phase de groupes contre l’Angleterre (1-0). Nommé par la Fédération belge en 2016, notamment pour inculquer aux Diables Rouges son sens de la gagne, Henry semble faire l’unanimité aux côtés du sélectionneur Roberto Martinez.

« Pour les attaquants, c’est un rêve de l’avoir avec nous. Il nous apporte son expérience, il conseille tous les joueurs, il adore parler de ce qu’il a vécu. Il me donne beaucoup de conseils, mais je préfère les garder pour moi », confiait Michy Batshuayi, avant le début du Mondial, au micro de la RTBF. Même refrain du côté d’Axel Witsel. « Il nous amène son expérience. Je pense que Titi est important, il sait comment on peut gagner une Coupe du monde. Il peut nous apporter cette mentalité de winner, de gagner chaque match », expliquait récemment le milieu du Tianjin Quanjian en conférence de presse.

Les Belges s’inspirent de sa force mentale

Dans un texte publié fin juin sur la plateforme The Players’ Tribune, Romelu Lukaku se montrait tout aussi élogieux à l’égard d’Henry, qui reverse le salaire mensuel (8.000 euros) que lui verse chaque mois la Fédération belge à des œuvres caritatives. « J’apprends à ses côtés tous les jours avec l’équipe nationale. Je suis avec la légende, en chair et en os, et il est en train de m’apprendre comment courir dans les espaces comme lui le faisait », s’enthousiasmait l’artificier de Manchester United, déjà auteur de 4 buts depuis le coup d’envoi du Mondial.

« Il nous a amené un élément important, l’expérience. Il sait ce que ressentent les joueurs. La pression pour remporter des matchs », confirmait jeudi Martinez en conférence de presse. Une pression qui a longtemps perturbé les plans de la génération belge dorée, éliminée en quarts du Mondial 2014 et de l’Euro 2016 alors qu’elle avait les armes pour aller bien plus loin. Chargé d’aiguiller les attaquants belges, Henry est également arrivé dans le staff des Diables Rouges pour faire passer un cap mental à Eden Hazard et sa bande. Un défi qu’il est en train de relever avec brio aux côtés de Martinez.

Les Belges ont prouvé leur force mentale en huitièmes, en éliminant le Japon alors qu’ils avaient deux buts de retard, mais également en quarts, en résistant jusqu’au bout à la pression de la Seleção de Neymar. Reste maintenant à savoir s’ils sauront résister à l’équipe de France où se trouve l’un des joueurs qui ressemble peut-être le plus à Henry: Kylian Mbappé.

BFMTV

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*