Skip to Content

Dépassement de 04 milliards sur les projets immobiliers de la CSS

Dépassement de 04 milliards sur les projets immobiliers de la CSS

Be First!
by février 6, 2019 A la une, Economie

 

La réunion du Conseil d’administration de la Caisse de sécurité sociale (CSS), tenue le jeudi 24 janvier dernier, a été tout simplement agitée. Pour cause, au niveau du Conseil d’administration, des voix se sont élevées pour dénoncer la manière dont a été conduite la gestion des projets immobiliers qui doivent figurer dans le patrimoine de la Caisse de sécurité sociale (CSS).

En son temps, le Conseil d’administration de la CSS avait adopté l’affectation de 10 milliards de F Cfa pour l’acquisition de terrains. Sur ce, des terrains ont même été trouvés et acquis dans des sites aux Almadies, à Nord-Foire, à Keur Massar ainsi qu’à Bambilor.

Seulement, grande a été la surprise de membres du Conseil d’administration de constater que, contrairement au montant retenu, c’est la somme de 14 milliards de FCFA qui a été décaissée pour l’acquisition de ces terrains. Un dépassement budgétaire qui ne saurait se justifier.

Pire, c’est dans des conditions totalement « obscures », dénoncent des membres du Conseil, que les douze (12) hectares des terrains de Bambilor ont été confiés à un promoteur immobilier pour la construction de logements. Mais les termes du cahier de charges, soumis au promoteur immobilier, n’ont jamais été respectés.

Car, les logements qu’il a construits ne répondent pas aux critères définis dans le cahier de charges, tant les manquements techniques, qui ont été décelés, sont nombreux. Les bâtiments livrés sont jugés « indécents » par des membres du Conseil. Tant, du point de vue des constructions, de la menuiserie, etc.

Face au refus du Conseil d’administration de réceptionner ces logements, le promoteur tente de jouer son va-tout en proposant de racheter ces logements pour ensuite les revendre. Une proposition jugée « inacceptable » par la plupart des membres du Conseil d’administration qui s’est penché sur cet épineux dossier, lors de sa session du 24 janvier dernier.

C’est donc pour résoudre cet épineux dossier et voir la suite qui lui sera donnée que des membres du Conseil d’administration ont réclamé et obtenu que cette affaire soit traitée au cours d’une session extraordinaire devant se tenir le 20 février 2019. Certains s’étaient montrés sceptiques quant à la tenue de cette session à une date proche de celle de l’élection présidentielle du 24 février et proposaient qu’elle se fasse au mois de mars.

Finalement, c’est le 20 février prochain qui a été retenu pour la tenue de cette session extraordinaire qui s’annonce électrique, car devant situer les parts de responsabilité de tous ses membres ayant trempé dans cette affaire. Source (Journal Kritik)

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*