Skip to Content

Grève de la faim d’Adama Gaye: Seydi Gassama dans tous ses états

Grève de la faim d’Adama Gaye: Seydi Gassama dans tous ses états

Be First!
by septembre 11, 2019 Actualite, Société

Selon son conseil, Khoureichy Bâ sur sa page Facebook, le Journaliste et Consultant, Adama Gaye a entamé une grève de la faim depuis ce lundi pour dénoncer ses conditions de détention. L’annonce de la nouvelle a provoqué un tollé général chez les défenseurs des humains, notamment, chez le Directeur exécutif de la Section sénégalaise d’Amnesty International, Seydi Gassama qui s’est mis dans tous ses états.

La grève de la faim entamée depuis ce lundi par Adama Gaye pour dénoncer ses conditions de détention à la Maison d’Arrêt de Rebeuss n’a pas plu le Directeur exécutif de la Section sénégalaise d’Amnesty International, Seydi Gassama. Il a haussé le ton pour dénoncer le refus d’accorder une liberté provisoire au journaliste qui n’a fait qu’exprimer ses opinions. «Ce qu’on veut à travers ce refus d’accorder une liberté provisoire à Adama Gaye est de le punir pour ses opinions. Cela, au moment où, la Justice sénégalaise libère les trafiquants de drogue considérés comme des criminels », tonne Seydi Gassama qui s’empresse de tenir comme responsables de tout ce qui arrive à Adama Gaye, le président de la République, Macky Sall et son Garde des Sceaux, ministre de la Justice Me Malick Sall. Faisant ainsi allusion à la libération du couple allemand Lukas Schmitzberger et Carolin Verena Stanzi et le capitaine du navire Grimaldi, Mattera Borgia Pasquale et son compatriote, Paolo Almalfitano dans le cadre de la saisine de la drogue par la Douane sénégalaise.

D’autres organisations de la société civile, notamment, les membres des Amis d’Adama Gaye, durcissent le ton et exigent la libération du Journaliste Adama Gaye en prison depuis le 29 juillet pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » et « offense au président de la République ». Ainsi d’après son avocat, cette grève de la faim est « un est moyen d’attirer l’attention, d’abord, sur les conditions exécrables de détention »

Abdou Hawa Timéra

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*