Skip to Content

« La CCR veut forcer les sénégalais à voir une émergence qui existe que dans leur esprit étroit », selon les patriotes

« La CCR veut forcer les sénégalais à voir une émergence qui existe que dans leur esprit étroit », selon les patriotes

Be First!
by septembre 20, 2019 Actualite

 Suite aux multiples attaques contre le leader de Pastef, le mouvement national des cadres patriotes a fait face à la presse ce jeudi pour dézinguer les pourfendeurs d’Ousmane Sonko, notamment la Convention des cadres républicains (Ccr). Selon eux, «  leur objectif n’est autre que par le mécanisme des invectives et de l’injure plaire au président de la République, Macky Sall pour espérer obtenir des prêts bancaires ».

Le communiqué de la convention des cadres républicains fait sortir de ses gonds les patriotes. « Dans  ce communiqué dont le contenu est absolument vide, on a noté un ordre de ganache qui s’est illustré qui encore de la pire des manières dans son exercice favori. La médisance et la calomnie à l’endroit d’Ousmane Sonko. C’est comme si aujourd’hui  pour s’affirmer politiquement dans la mouvance présidentielle, il faut insulter le leader de Pastef. Voilà pourquoi, on note des enchères qui montent au quotidien sur le marché de l’exhibition verbale auquel s’adonne particulièrement les Cadres républicains. L’objectif n’est autre que par le mécanisme des invectives et de l’injure plaire au président de la République, Macky Sall pour espérer obtenir des prêts bancaires. C’est de la bassesse de la part de ceux qui se  font appeler cadre » tonne Bassirou Diomaye Faye, le coordonnateur national du mouvement. 

Poursuivant sa diatribe, il ajoute : « le mouvement national des cadres patriotes s’emploient jour après jour à actualiser le programme de l’alternative patriotique Jotna et à le parfaire. Ce programme qui est porté par des ressources humaines indues du seul intérêt du Sénégal. Ce 14 septembre notre mouvement s’est illustré par un séminaire de formation dans l’administration et le financement des collectivités territoriales. C’est cela qui doit être le rôle du mouvement de cadre particulièrement s’il est de la mouvance présidentielle. Les cadres républicains devaient proposer des solutions structurelles, pertinentes pour abréger la souffrance du peuple sénégalais déjà durement frappé par les inondations. Sans compter notre situation économique et sociale difficile et l’amateurisme mortifère dans  la gestion des affaires publiques depuis 2012 ».

« Des cours de  circuits qui tuent des prisonniers dans des chambres surpeuplées, la foudre qui en plein capitale fait des ravages, des inondations avec leur lot de dégât et de désolation, un laxisme notoire impliquant l’Etat qui conduit à des naufrages et à des accidents dans la circulation. Le Sénégal sous Macky Sall, le fatalisme a pris le dessus et la mort frappe sur n’importe quelle prétexte », clame Abass Fall, le coordonnateur du département de Dakar.  Avant de présenter leurs condoléances émus aux familles des victimes.

Et de renchérir : « malgré le tableau sombre qui saute aux yeux, la Convention des cadres républicains ne proposent rien pour aider leur chef à apporter des mesures correctives à sa gouvernance calamiteuse. Au contraire, drapés d’une mauvaise foi notoire, ils veulent forcer les sénégalais à voir une émergence qui existe que dans leur esprit étroit. Ils ont traité Ousmane Sonko de bonimenteur et pourtant ce dernier n’a jamais été démenti, ni fait l’objet d’un procès de diffamation ».

 « Même Picasso  ne saurait peindre Macky Sall comme un homme véridique, parce que les faits démontrent le contraire. Il n’aime pas son pays, il préfère les intérêts étrangers. C’est la triste réalité et la caractéristique indéniable de l’homme qui gouverne le pays.  Au regard de ces éléments, les sénégalais doivent comprendre à quel point ce pays est mal barré au moins pour les cinq prochaines années   étant donné que les conséquences des actes vont nous poursuivre. Si ceux sont ces  cadres qui sont autour du président, il n’y a rien à attendre de bon en termes de politique de gestion des affaires publiques », argue-t-il.

Kritik’

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*