Skip to Content

L’auteur de l’attaque au couteau à Paris identifié

L’auteur de l’attaque au couteau à Paris identifié

Be First!
by mai 13, 2018 International

A Paris, un homme a attaqué des passants au couteau samedi 12 mai, dans le quartier très fréquenté de l’Opéra. Un homme de 29 ans est mort. Quatre personnes ont été blessées. Le quartier a été rapidement bouclé et le meurtrier a été neutralisé quelques minutes après les premiers appels pour signaler l’attaque, vers 21h. Le groupe Etat islamique a revendiqué l’attaque. L’identité de l’assaillant se précise. C’est selon les autorités un « Français né en Tchétchénie » et fiché S.

Selon une source judiciaire citée par l’Agence France-Presse, l’assaillant est un jeune homme né en 1997 à Argoun en Tchétchénie. D’après l’agence de presse russe Ria Novosti, l’ambassade de Russie à Paris a demandé des précisions concernant sa nationalité.

Naturalisé français, l’assaillant n’avait pas d’antécédents judiciaires, mais il était fiché S dans le cadre d’une procédure judiciaire ouverte il y a quelques mois. Il a été à l’époque entendu par la section anti-terroriste en tant que témoin, en raison de ses liens avec un individu qui avait fait le voyage en Syrie, selon nos confrères de BFM TV. Il a donc été entendu une fois, il est ressorti libre. Mais avec ce signalement auprès des services de renseignements français.

L’enquête est maintenant en cours. Son père et sa mère sont en garde à vue depuis dimanche matin. Un ami de l’assaillant a également été arrêté dans l’est de la France. Des perquisitions permettront d’en savoir plus : l’examen du téléphone portable, d’un ordinateur s’il y en a, pour dresser donc le portrait, le parcours et le profil psychologique de ce suspect abattu.

La section C1, la section anti-terroriste du parquet de Paris, a été saisie sur la foi de plusieurs témoignages concordants, affirmant que l’agresseur aurait crié « Allah Akbar ». Le mode opératoire rappelle aussi les précédentes attaques : à l’heure des sorties un samedi soir, au cœur de Paris dans ce quartier très touristique de l’Opéra avec ses bars et ses nombreux restaurants japonais et coréens notamment.

Au cours d’une réunion d’état-major, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a indiqué que l’attaque avait été menée avec une « arme rudimentaire », probablement un couteau de cuisine emprunté par l’assaillant dans la cuisine de ses parents.

Retour sur les faits

Il est près de 21 heures dans la rue Monsigny quand un homme, qui « a l’air d’un fou » disent les témoins, sort un couteau et s’en prend à des passants. S’ensuit un mouvement de foule, des cris. Des clients se jettent à terre. Très vite, les policiers interviennent. Trois d’entre eux tentent de l’immobiliser. L’agresseur se précipite sur eux. L’un des agents fait alors usage de son pistolet à impulsion électrique avant qu’un autre ne tire à deux reprises et blesse mortellement l’agresseur.

De nombreux véhicules de secours sont sur place. Le quartier est bouclé. Les sorties de métro alentour sont fermées. Les blessés sont évacués vers l’hôpital Georges Pompidou.

« Deux personnes ont été blessées grièvement, et ont été transférées à l’hôpital Georges Pompidou ; deux autres personnes sont blessées légèrement », a expliqué le directeur du cabinet du préfet de police de Paris, Pierre Gaudin.

Individus isolés et moyens du bord

Depuis l’effondrement de l’organisation Etat islamique, l’organe de propagande du groupe terroriste appelle ses affidés à commettre ces attentats sur place, avec les moyens du bord. « Al-Baghdadi avait appelé à frapper directement sur le sol européen d’une part et par tous les moyens que ce soit d’autre part », rappelle le spécialiste de l’antiterrorisme et de la radicalisation Sébastien Boussois.

Ce qui aboutit à des attaques au véhicule bélier comme à Nice en juillet 2016, au couteau ou à la machette comme lors de l’attaque des militaires au Louvre il y a un an, le 3 février 2017. Et des actes commis par des individus isolés, comme lors des attaques de Trèbes encore dans le sud de la France le 23 mars.

En comparaison des commandos du 13 novembre 2015, munis d’explosifs et d’armes de guerre, les attaques apparaissent de moins en moins préparées. Sébastien Boussois, chercheur en sciences politiques, explique cette « transformation complète de la menace terroriste depuis 2015 » par le fait que les jeunes Européens « ne vont plus directement en Syrie » et « ne se forment plus de façon paramilitaire ».

« On constate progressivement qu’on est dans une importation systématique des méthodes moyen-orientales », précise le chercheur à l’Université libre de Bruxelles. « La tactique du couteau rappelle évidemment celle qui avait eu lieu en Israël, notamment à Jérusalem où un simple couteau, avec une personne derrière, peut créer un véritable état de psychose. »

RFI

 

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*