Skip to Content

Mediapart pointe des « ristournes » accordées à Macron

Mediapart pointe des « ristournes » accordées à Macron

Be First!
by avril 28, 2018 International

Selon Mediapart, une entreprise dirigée par un proche de Gérard Collomb a loué gratuitement à Emmanuel Macron une salle parisienne pour un meeting lors de sa campagne présidentielle.

Après avoir épluché les factures des comptes de l’ancien candidat Emmanuel Macron, Mediapart a constaté que le président de la République avait bénéficié d’importantes ristournes de la part de la société d’événementiel GL Events, dirigée par Olivier Ginon, « proche de Gérard Collomb et aujourd’hui très en cour à l’Élysée », affirme ce samedi le site d’investigation.

La Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP), qui est chargée de valider les dépenses des candidats à la présidentielle, a elle-même relevé ces promotions « d’un pourcentage anormalement élevé » pour des locations de salles et de matériel de meeting.

Une « Remise -100% »

Le 10 décembre 2016, la facture de la location du matériel pour le meeting de la porte de Versailles a été allégée de plus de 9.000 euros, passant de 39.490 euros à 29.663, souligne par exemple le site. À l’été 2016, au début de la campagne, le futur président aurait dû payer 14.129 euros pour louer la Mutualité. Mais il a bénéficié d’une « Remise -100% » et a donc eu la salle… gratuitement.

Contactée par la CNCCFP, GL Events assure que ces remises « correspondent à une négociation commerciale habituelle avec un organisateur d’événements ». Pourtant, d’après d’autres factures consultées par Mediapart, François Fillon, candidat du parti Les Républicains, n’a pas bénéficié des mêmes gestes commerciaux pour la location d’une salle à Lyon et à Nice.

« On rappelle que tout ‘geste commercial’ d’une entreprise a un candidat est totalement illégal et entraîne l’inéligibilité du candidat. C’est juste la loi », a dénoncé sur Twitter le trésorier du Parti socialiste Jean-François Debat.

 On rappelle que tout « geste commercial » d’une entreprise a un candidat est totalement illégal et entraîne l’inéligibilité du candidat. C’est juste la loi. Inconcevable excuse de GLEvents et du staff #Macron. Et quid du contrôle des comptes de campagne ? De son côté, l’Elysée se défend et indique que les tarifs ont été négociés au niveau du parti En marche.

BFMTV

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*