Skip to Content

« Paix » israélo-palestinienne : Safwat Ibraghith crache sur le plan Trump

« Paix » israélo-palestinienne : Safwat Ibraghith crache sur le plan Trump

Be First!
by janvier 31, 2020 A la une, Actualite, International

Le plan de Donald Trump, pour une « paix » israélo-palestinienne, est dévoilé, mardi 28 janvier. Il consiste à donner carte blanche à Benjamin Netanyahou pour imposer sa solution au Proche-Orient. La réaction du représentant diplomatique de la Palestine à Dakar, Safwat Ibraghith ne s’est pas fait attendre. Il a tout simplement craché sur le plan Trump et exclut les américains de toute médiation pour la paix entre Israël et la Palestine. Il exige, par ailleurs, la convocation d’une conférence internationale pour permettre à la Palestine de s’établir en tant qu’Etat souverain.

Devant la presse, Safwat Ibraghith a estimé que le plan Trump est un « complot ». «Pour les Palestiniens, le plan Trump est un complot qui vise à liquider la question palestinienne, à la faire sortir de son contenu juridico-historique. Pour nous, c’est une continuité d’un complot qui était orchestré, il y a plus de 100 ans avec la tenue du Congrès Juif mondial à Bâle en Suisse en 1897 avec la naissance  de la première alliance entre le mouvement Sioniste et la Grande Bretagne. Et derrière la Grande Bretagne, il y a les Etats-Unis d’Amérique. On a vu le couronnement de cette alliance avec une déclaration dite Balfour », a-t-il rappelé.

Selon le diplomate, cette déclaration de Balfour est le début de la tragédie palestinienne. Puisque, a-t-il précisé, « de 1917 à 2020, et tout au long de cette période,  le complot s’est poursuivi (…) ».  Ainsi, d’après Safwat Ibraghith, le plan Trump est effectivement «la photocopie de cette déclaration Balfour 103 ans après, c’est-à-dire plus d’un siècle de complot. Cette fois-ci, 3 ans après son accession au pouvoir, M. Trump est revenu nous imposer la même logique avec les mêmes aboutissants. C’est-à-dire la continuité de ce même complot déclenché en 1917 ». Il a tenu par ailleurs à prédire l’échec du plan du président américain : «(…) ce plan Trump est voué à l’échec en ce sens qu’il contredit tout l’ordre juridique international en plaçant la Palestine comme la dernière colonie de la planète ».

Et cela est dommage, selon lui, que M. Trum soit « en train de jeter à la poubelle toutes les résolutions de l’ONU au sujet de la question palestinienne, tout ce qui concerne le droit historique inaliénable du peuple palestinien pour créer un nouvel ordre qui n’est reconnu nulle part et par aucun pays de la planète ». Il s’empresse aussi de considérer ce plan comme un « deal ». «C’est juste un deal, une affaire commerciale, car Trump se croit à la tête d’une société d’hommes d’affaires, un banquier ou quelqu’un qui détient l’ordre sur la planète. Il se prend comme un chef d’une grosse structure, d’une grosse société qui traite avec les petits pays ou avec les petits peuples comme en termes de bénéfice, tout en supprimant les acquis de la déclaration universelle des droits de l’homme, les pactes et les conventions internationales », a-t-il fait remarquer.

Très en verve, le diplomate de poursuivre : «Ce qui se passe est catastrophique,  tragique non seulement sur la question palestinienne parce que nous sommes habitués à ces genres d’atrocités et de discriminations et de la politique de deux poids deux mesures par ces grandes puissances colonialistes, mais aussi à l’égard de toute la communauté internationale sans exception. Tous ceux qui s’occupent du droit international sont appelés à s’alerter et à se mettre en face de cette arrogance américaine par le biais de ce deal ou cette affaire du siècle ».

Sur ce, il a soutenu que «le plan qui a été dévoilé avant-hier (mardi) est rejeté catégoriquement et en bloc par tous les Palestiniens. Ce qui vient de se passer avec ce plan Trump dépasse toutes les craintes et ça rentre dans une zone de puérilité extrême ».

La réponse à M. Trump serait donc finalement: «ton plan, ton complot ne passera pas». Puisque, a-t-il expliqué, «ce plan mettra fin au processus pacifique de paix d’Oslo et mettra en péril toutes les solutions  engagées par les deux Etats, acceptées par tous ».

«Les Palestiniens appellent à une conférence internationale pour mettre en pratique les résolutions onusiennes et les paramètres reconnus internationalement qui permettront à l’Etat palestinien de s’établir conformément au droit international, dans des frontières internationalement reconnus et pas des frontières modifiées », a-t-il exigé avant de s’offusquer « de la non application des  86 résolutions du conseil de sécurité de l’Onu ». (kritik)

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*