Skip to Content

Parrainage aux locales, une simple opération de Guillotine en gestation !

Parrainage aux locales, une simple opération de Guillotine en gestation !

Be First!
by octobre 9, 2019 A la une, Actualite, Opinion

L’arrêté 2019-016134 du Ministre de l’intérieur en date du 3 juillet 2019 avait fixé les éléments d’identification de la fiche de parrainage, 150 jours avant la date des élections, lorsque celles-ci étaient prévues le 1er Décembre 2019, conformément à la loi électorale, suite au report légal par décret du Président de la République.

Parmi ces éléments, figurent les taux de parrains fixés, soit 1% à 1,5% des électeurs par commune (article L.239) et 1% à 1,5% des électeurs par département (article L.275) avec l’obligation de respecter ce même taux au moins dans la moitié des communes du département.

En terme de valeurs absolues, cela donne à titre d’exemples les quelques chiffres bizarres suivants:

-Commune de Gorée (Dpt de Dakar) : 22 (1%) et 32 (1,5%) parrains

-Commune de Sendou ( dpt de Rufisque): 18 (1%) et 27 (1,5%) parrains

-Commune de Bode Lao (dpt de Podor): 18 (1%) et 27 (1,5%) parrains

-Commune de Touba Lappé (dpt de Diourbel) : 14 (1%) et 21 (1,5%) parrains

-Gathiari (dpt de Bakel): 12 (1%) et 17 (1,5%) parrains

Avec ces faibles taux demandés et avec l’application des dispositions de l’article L.57 qui réglemente les parrains doublons et les parrains invalidés, il suffit simplement de petits détails pour éliminer une liste (d’opposant) au niveau des commissions de réception et de contrôle de parrainage qui seront instaurées dans les préfectures et des sous-préfectures.

Cela donne concrètement ceci:

Commune de Gorée (Dpt de Dakar) : 11 parrains seulement invalidés entraîne le rejet d’une liste d’un candidat maire !

-Commune de Sendou ( dpt de Rufisque): 10 parrains seulement invalidés, entraîne le rejet d’une liste d’un candidat maire !

-Commune de Touba Lappé (dpt de Diourbel) : 10 parrains seulement invalidés, entraîne le rejet d’une liste d’un candidat maire!

Voilà concrètement quelques uns des dangers qui planent sur la tête des candidats. Si on sait la proximité douteuse qui existe entre certaines autorités administratives et certains maires sortants ou certaines « grosses pontes du pouvoir » qui auraient l’ambition légitime de briguer les suffrages de leurs concitoyens et qui pourraient inexorablement bénéficier de coup de pouce, ou user de pression et d’influence pour écarter des adversaires de haute facture !

Pour tout cela, le parrainage aux locales ne doit jamais être accepté par l’opposition. Le cas échéant, ce serait juste un passage à la guillotine à la tête du candidat, pire que le cauchemar vécu pendant la présidentielle du 24 Février 2019.

C’est vrai. Au sein de la commission du dialogue politique, le pouvoir campe sur sa position d’attendre les résultats de l’évaluation du processus électoral de l’élection présidentielle pour donner sa position sur la question.

Mais, ma ferme conviction est que, cela n’a rien à voir avec le parrainage des locales qui ne doit en aucun cas être validé par l’opposition.

Telle est l’économie de mon billet dialogue électoral du jour qui parait ……à l’improviste et qui n’engage que le lanceur d’alerte électorale que je souhaite demeurer.

As Babacar gueye Secrétaire National Chargé des Election DE REWMI..

Futur candidat à la mairie de Gnith.

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*