Skip to Content

Perturbation du système éducatif sénégalais : Le SUDES donne le top de départ

Perturbation du système éducatif sénégalais : Le SUDES donne le top de départ

Be First!
by janvier 14, 2020 A la une, Actualite, EDUCATION

C’est connu depuis de nombreuses années, Janvier est le mois choisi pour déclencher les mouvements d’humeur. L’année 2020 ne fait pas exception à la règle. Et c’est le Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES) qui donne le top de départ ce mardi pour le non-respect des engagements de l’État.

A beau chasser le naturel, il revient toujours au galop. Cette maxime sied à la situation de l’école sénégalaise où ses acteurs ont l’habitude de déclencher des mouvements de grève à partir du mois de janvier et après, s’arranger par tous les moyens avec des médiateurs, pour sauver l’année scolaire. Et c’est le Syndicat Unitaire et démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES) qui donne le top départ de  ces grèves cycliques. Ce syndicat observe un débrayage ce mardi pour dénoncer le non respect des accords signés avec le gouvernement depuis 2014, dénoncer aussi la différence dans le traitement salarial entre les fonctionnaires de l’Etat, l’existence des abris provisoires et le déficit de 40.000 enseignants dans l’élémentaire et dans le moyen secondaire. « Nous sommes obligés de passer à une autre phase dans nos revendications dès lors qu’après le dépôt du préavis de grève, le gouvernement n’a pas convoqué au dialogue. Nous comptons nous faire entendre à partir d’aujourd’hui pour dénoncer la lenteur administrative. Depuis 2015, le gouvernement a promis la dématérialisation afin d’accélérer le processus de reclassement des enseignants ; mais rien ne semble être fait jusque-là », laisse entendre Amadou Diaouné du SUDES avant  de s’insurger contre « l’ostracisme systématique du gouvernement, particulièrement des ministres de l’éducation nationale et de la fonction publique à l’encontre des syndicats dits non représentatifs, ce qui aggrave la crise qui couve dans le secteur public de l’éducation sénégalaise ».

Le SELS d’Abdou Faty est dans la même dynamique. Ce syndicat dénonce pour sa part aussi le non respect des engagements et l’immobilisme du gouvernement. Ainsi, le G7, et le G20 composé des syndicats dits non représentatifs comptent faire bloc pour faire face au gouvernement. Ils vont observer un débrayage le 20 janvier prochain et une grève générale le 23 janvier. (Kritik)

 

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*