Skip to Content

Pourquoi l’opposition est elle si braquée contre le parrainage ?

Pourquoi l’opposition est elle si braquée contre le parrainage ?

Be First!
by avril 18, 2018 A la une, Opinion

NETTALI.SN – C’est parce qu’elle est plutôt crypto-personnelle, que politique. Sinon, le parrainage leur offre une opportunité historique de se constituer en grands groupes homogènes pour peser politiquement sur le destin de notre peuple.

Contrairement à la Loi des  » trois courants  » de Senghor, le parrainage laisse aux membres de l’opposition, le choix de déterminer librement dans quel regroupement politique ils veulent s’identifier. 

Mais ceux qui ne veulent pas s’identifier à un regroupement, ne sont pas dissous, mais restent comme tout le monde soumis au parrainage.

Avec la Loi de Senghor, ou bien on se conforme avec les courants qu’il a définis arbitrairement, ou bien l’on est dissous et dans l’illégalité si l’on veut malgré tout continuer d’exister.

Le PAI/SENEGAL a vécu cette période des  » années de plomb ».

 Mais, cette opposition préfère le maintien de la perversion, par l’argent de notre système électoral sous Wade, pour attirer des financements extérieurs de la part de ceux qui convoitent nos ressources naturelles, ou pour transformer leur récépissé en  » « fonds de commerce » en le louant aux indépendants qui veulent éviter le parrainage, dont ils sont exclusivement soumis.

C’est à cela qu’il faut mettre un terme avec le parrainage pour tous !

Ainsi, le parrainage respecte le droit d’organisation de tout Sénégalais, le mode de scrutin, le nombre de mandats successifs du Président de la République, laborieusement acquis par notre peuple, tout en assainissant le système électoral pour le libérer au maximum de la perversion par l’argent.

C’est    une telle réforme qui approfondit nos conquêtes démocratiques que les partisans du  » Despotisme éclairé » veulent empêcher, à fortes doses de propagandes et de désinformations.

Ils rêvent de rééditer la journée historique du 23 juin 2011, qui ne peut qu’échouer tragiquement, comme l’histoire des peuples, dont celui du Sénégal, l’a montré.

En effet, ceux qui, en 1969, voulaient ré éditer  » Mai 1968″, et ceux qui voulaient en 1989, refaire  » Février 1988”, avaient non seulement échoué, mais ont causé des drames incalculables à notre peuple, et un grand recul de ses conquêtes démocratiques.

Il faudrait donc arrêter nos apprentis sorciers qui appellent le peuple à un rassemblement populaire du type  » journée 23 Juin ».

Il n’est pas tard, pour les Républicains et Démocrates de ce pays, de lancer le plus largement possible, un appel au peuple, pour qu’il ne tombe pas dans la folie pouvoiriste  qui a gagné l’opposition significative.

Ibrahima Sène (PIT)

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*