Skip to Content

Programme de logement social « YELEEN » – Vente de 3000 parcelles sur 150 hectares à Bambilor : Collusion suspecte entre la CDC et Sablux

Programme de logement social « YELEEN » – Vente de 3000 parcelles sur 150 hectares à Bambilor : Collusion suspecte entre la CDC et Sablux

Be First!
by juillet 1, 2020 A la une, Economie

L’ambitieux projet immobilier lancé par la Caisse des dépôts et Consignations (CDC) à Bambilor, en partenariat avec Sablux, est exclusivement destiné aux personnes fortunées. Avec un dépôt minimum d’un million, les terrains de 150 mètres carrés sont vendus entre  6.760.000 F Cfa et 7.480.000 F Cfa , selon les mensualités. Des tarifs excessifs pour un logement dit social dus essentiellement en l’entrée en scène de SABLUX dans le montage alors que la CDC dispose d’une filiale s’activant dans l’immobilier : la Compagnie générale immobilière du Sénégal (CGIS).

Le foncier, encore le foncier, toujours le foncier. Un secteur que l’Etat essaye, tant bien que mal, de démocratiser. Outre les bradages et spoliation foncière, des grosses boîtes de l’Etat se sucrent dans ce secteur. C’est le cas de la Caisse des dépôts et des consignations dont les projets immobiliers ne sont pas à la portée des Sénégalais moyens. La preuve par le projet « YELEEN » à Bambilor sur une immense étendue de 104 hectares portant sur les titres fonciers TF 4861/R et TF 5447/R, propriétés de la CDC. Ici, 3000 parcelles de terres seront viabilisées et vendues au prix fort. Alors que dans les missions qui lui sont dévolues figure, outre le financement des travaux d’équipements des Collectivités territoriales ; le financement de la Politique de la ville ; le financement des Petites et Moyennes Entreprises ; le financement de projets stratégiques et structurants définis par l’Etat, le financement du logement social et de standing. Par grand standing, il y a les projets immobiliers aux Mamelles et au Point E alors que pour logement social, Bambilor reste le projet phare.

A Bambilor, le social vire au standing

Mais, le montage du projet fait grincer des dents au sein même de la CDC d’autant plus qu’il entraîne un renchérissement du prix des terrains. C’est-à-dire que les prix des terrains flambent à la vitesse V. Mandaté par la CDC pour commercialiser les terrains avec à la clef un protocole d’accord en bonne et due forme, Sablux, une structure privée réputée dans la construction. Dès lors, une question s’impose : Pourquoi la CDC n’a pas confié la vente des terrains à la Compagnie générale immobilière du Sahel (CGIS), la filiale qu’elle a créée pour s’occuper de son patrimoine immobilier ?

De sources de Kritik, même si le montage est antérieur à l’arrivée de Cheikh Bâ, la logique aurait voulu qu’il écartât SABLUX au profit de la CGIS, afin que les terrains soient accessibles aux Sénégalais moyens. L’autre incongruité, c’est que ce sont les acquéreurs qui vont financer le projet. Car, ils devront verser une caution et devoir attendre vingt-quatre mois avant d’entrer en possession de leur bien, une fois que les terrassements seront terminés. Qu’est-il alors advenu des 10 milliards que la CDC a investis dans ce projet.

Autant de manquements auxquels la CDC devra apporter des réponses. Surtout que, lors du dernier Conseil des ministres, le Chef de l’Etat a décidé, d’autorité, de confier la gestion des 30 hectares de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, objet de toutes les convoitises, à la CDC. Une gageure eu égard aux nombreuses zones d’ombre notés avec le Programme « YEELEEN ». Un programme de logement social qui, sans correctif, risque de passer sous le nez et la barbe des Sénégalais moyens au profit des promoteurs immobiliers…Les nombreux appels et messages envoyés au Dg de la CDC, Cheikh Ba, sont restés sans suite. Nos pages lui sont ouvertes. Alors que Sablux n’a pas voulu piper mot sur la question…

Pape SARR

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*