Skip to Content

Un inspecteur de la retraite souligne l’importance de la remédiation pour gommer les lacunes des élèves

Un inspecteur de la retraite souligne l’importance de la remédiation pour gommer les lacunes des élèves

Be First!
by avril 8, 2018 A la une, Economie

L’inspecteur de l’éducation et de la formation (IEF) à la retraite Kaba Diakhaté a souligné l’importance de la remédiation pour un enseignant de qualité, rappelant que l’éducation constitue « le seul véritable ascenseur social ».

« En termes clairs, le niveau de développement d’un pays est proportionnel à son niveau d’éducation », a fait valoir M. Diakhaté, samedi à Mbour, lors d’une rencontre d’échanges, de communion et de partage, à l’initiative de la commission éducation du mouvement « Agir avec Macky pour le développement de Mbour » (AMDEM).

Selon l’inspecteur à la retraite, « il est établi de manière irréfutable », une relation biomorphique entre l’éducation et le développement sous toutes ses formes. Parlant de la ’’remédiation’’, thème de cette rencontre, le consultant en éducation a invité les enseignants à s’interrogent sur « les causes profondes » de la faiblesse de certains élèves.

Il a ensuite insisté sur « la pertinence nécessité pour les enseignants de s’adonner à la remédiation dans les enseignements-apprentissages.

Kaba Diakhaté a donné l’exemple du prix Nobel de physique Albert Einstein, considéré comme l’un des plus grands scientifiques de l’histoire et qui, jusqu’à neuf ans, avait des difficultés d’élocution.

« Un de ses maîtres lui avait dit, avec beaucoup de tendresse : +Albert, je suis désolé, mais tu ne réussiras jamais rien+, parce qu’il (Einstein) est décrit comme un mauvais élève, très étourdi », a-t-il relevé.

L’inspecteur à la retraite a dit voir « utilisé ce détour assez lointain » pour rappeler « le danger que peut constituer le pessimisme d’un enseignant ou d’un parent d’élève ».

« Combien d’élèves doués ont été abandonnés par l’école à cause d’une passagère difficulté d’apprentissage ? Combien d’élèves ont été contraints à l’inutile redoublement ? Combien d’élèves ont été exclus du système éducatif de manière précoce ?’’, s’est-il interrogé, avant de déplorer : « Nous enseignants, disons souvent d’un élève qu’il est très faible, on ne peut rien en tirer, parce qu’il est très nul ! ».

« Toutes les classes du monde sont hétérogènes. Une classe de 75 élèves compte 75 manières d’apprendre. De ce point de vue, un discours unique laisse forcément en rade certains qui ne s’y retrouvent pas », a fait observer M. Diakhaté, selon qui « tout apprenant a besoin qu’on revienne sur tel ou tel autre aspect du cours, tel ou tel autre élément du programme ».

Partant du principe selon lequel « tout élève a un potentiel d’apprentissage », il estime que les nombreuses évaluations du système éducatif restent à être rentabilisées, notamment les devoirs journaliers, les compositions, essais, évaluations standardisées, etc., qui ’’servent souvent à des fins seulement administratives »

Kaba Diakhaté se dit « convaincu que beaucoup d’élèves peuvent être récupérés lorsqu’on leur offre une deuxième médiation : la remédiation’’, signalant que l’utilisation des données de l’évaluation constitue « une problématique majeure ».

« Il convient de ne plus s’arrêter à la correction des cahiers ou des copies ; d’ailleurs, la procédure d’aide à apporter aux élèves en difficulté comporte des invariants d’une rigueur pédagogique significative », a insisté Kaba Diakhaté.

L’inspecteur à la retraite rappelle que les activités de remédiation sont d’une ‘’très grande importance’’ pour l’avenir des enfants et doivent être différentes de celles d’enseignement-apprentissage.

APS

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*