Skip to Content

Babacar Thioye Ba : « Pas rassuré » par l’enquête du procureur sur l’affaire Aliou Sall

Babacar Thioye Ba : « Pas rassuré » par l’enquête du procureur sur l’affaire Aliou Sall

Be First!
by juillet 14, 2019 Opinion, Société

L’ex directeur de cabinet de Khalifa Sall à la mairie de Dakar, Babacar Thioye Ba n’est pas convaincu de la sincérité de la procédure enclenchée par le procureur de la République dans l’affaire du scandale de corruption supposée sur les contrats pétroliers et gaziers, impliquant le frère cadet du président de la République. Il dénonce un procédé inhabituel et aléatoire utilisé par le procureur pour mettre la lumière sur cette affaire.

« Le vrai problème se situe dans la procédure qui est actuellement en cours », déplore-t-il, en soulignant, d’abord « qu’il est dommage que le procureur qui avait la liberté de s’ autosaisir dans cette affaire dès l’instant que des éléments factuels lui parvenaient, ait attendu d’avoir été instruit par le parquet général et le ministère de la Justice. Ça ôte à mon sens tout intérêt. » Bien que la loi n’ait pas été violée, il relève toutefois « qu’il aurait été plus judicieux que lui-même (le procureur) décide de déclencher cette enquête. », a déclaré Babacar Thioye Ba dans l’émission « Jury du dimanche» sur iradio.

Il souligne, ensuite, ce qui caractérise à ses yeux de « limites » pour l’enquête : « Dans le reportage de BBC et dans les éléments factuels et documentaires que nous avons pu voir, des personnes sont citées pour être intervenues dans la procédure d’octroi ou d’attribution de ces licences, je veux citer le président de la République, (Macky Sall), l’actuel ministre de l’Intérieur (Aly Ngouille Ndiaye) qui était à l’époque ministre chargé de l’ Energie, ont été cité. Or, le procureur de la République, de part la loi, ne peut pas entendre un ministre si ce dernier n’est pas autorisé par le président de la République. Il ne peut pas entendre non plus le président, qui n’est pas responsable pénalement dans le cadre de l’exercice de ses fonctions. Ce qui réduit l’étendue de cette enquête. »

Enfin, le troisième élément d’analyse du maîtrisard en droit pointe « le procédé inhabituel et aléatoire » utilisé par le procureur. Selon lequel procédé, regrette-t-il, « en principe lorsqu’un procureur décide d’ouvrir une enquête, il vise des infractions et même à défaut, il ouvre une enquête contre X. Or, il lance un appel à témoins dans le cadre de (cette) enquête sans nous dire ce qu’il recherche, qui sont les personnes visées ». Concernant l’audition d’ Aliou Sall, principal mis en cause dans cette affaire, le soutien de Khalifa Sall note pour s’en désoler « qu’il a été entendu comme simple témoin à l’instar d’Abdoul Mbaye et d’autres ».

Previous
Next

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*